L'Esprit de Chevalier-Domaine de Chevalier

L’Esprit de Chevalier ⇒ Domaine de Chevalier

Le nom du domaine provient du lieu dit « cibaley » proche du gascon « chibaley » – signifiant chevalier – qui désignait ces terres dès le xviiième siècle. L?histoire vinicole du domaine commence avec le rachat des terres par jean ricard en 1865. Déjà propriétaire des châteaux voisins fieuzal, haut-bailly et malartic-lagravière, il acheta le domaine qu?il a lui-même rebaptisé « domaine de chevalier » avant d?y planter de la vigne (les terres n?étant à l?époque composées que de pins). La famille ricard veillera sur ce joyau des graves, protégé par la forêt de léognan pendant plus d?un siècle, et c?est sous l?égide du gendre de jean puis de son petit fils que le domaine atteint très rapidement le niveau des plus grands crus de bordeaux. En atteste le classement des grands crus classés de graves en 1953 où le travail d?orfèvre de la famille est récompensé par une nomination que de nombreux crus auront longtemps chéris. En 1983 quarante ans après ce classement et après plus d?un siècle d?exploitation familiale, le domaine est acquis par la famille bernard jusqu?ici spécialisée dans le négoce des eaux de vies. L?ambition aussitôt déclarée fût « de continuer l??uvre entreprise cent vingt ans auparavant et d?inscrire dans la durée une approche patrimoniale et qualitative, d?un produit chargé d?histoire, riche d?une image unique. » pour se faire olivier bernard (âgé de 23 ans à l?époque) procède à de nombreux investissements déboisant une partie des pins pour replanter de la vigne sur des terres qui offrent aujourd?hui des vins rouges et blancs représentant tous deux des valeurs sûres de l?appellation.le conseiller vinicole stéphane derenoncourt rejoindra le domaine en 2009 pour y apporter toute son expertise. Robert parker qualifie de son côté le millésime rouge 2010 « d?opulent, complexe et délicieux » alors qu?olivier bernard déclare sobrement au sujet de ses vins « une dégustation verticale des trente derniers millésimes montrerait qu?il n?y a pas de rupture. L?homme n?e

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *